Les Sites

Internet se développe rapidement.
Les utilisateurs sont de plus en plus nombreux, les sites également.
Les fournisseurs d’accès offrent des abonnements abordables qui comprennent souvent un hébergement gratuit pour un sites personnel.
Des hébergeurs professionnels proposent leurs services à des prix accessibles
Des espaces sont même parfois gratuits contre un peu de publicité.

Les internautes les plus courageux apprennent le HTML, des logiciels WYSIWYG permettent aux autres de construire des sites simples.
WYSIWYG « What you see is what you get »,(comme-que-tu-le-vois, comme-que-tu-le-fais.) à l’exemple de Frontpage où Kompozer de Mozilla.
Pas besoins de savoir coder, voilà ton site en quelques clics.
Comme tout logiciel on en trouve des gratuits et des payants.
(Personnellement, j’ai longtemps utilisé Net-objet-fusion 2 offert gratuitement par un magazine, puis la version 7 offerte par un autre.)
Le fournisseur d’accès Wanadoo (intégré depuis à Orange) distribue gratuitement Dreamwaver 2 sur ses CDs d’installation, on le trouve encore sur Internet.

La déferlante Manga fait éclore une nouvelle génération de jeunes artistes parmi lesquelles de nombreuses filles..
Les amateurs peuvent envahir le net et ils ne s’en privent pas.
Ils présentent leurs dessins puis se lancent dans de vrais feuilletons à parution plus ou moins régulières.
Ils ne dépendent plus du fanzine du coin pour s’exprimer et peuvent toucher un plus grand nombre de lecteurs.

Petit à petit de nombreux sites ou des webzines variés, amateur ou pro, ouvrent leurs onglets.
Ils abordent tout ce qui touche à la BD ou au Manga.
Non seulement les BD publiées sur écran, mais les conseils, les échanges, l’auto-édition, le matériel spécialisé, les photos de poses, les tutoriels variés, les leçons de dessin, et j’en passe certainement.
Les amateurs exposent leur travail et s’encouragent, échangent des liens, rejoignent des » webrings » ces unions de sites web.
Ceux qui informent ou critiquent deviennent assez sérieux et crédibles pour faire de l’ombre aux magazines sur papier.

A leur tour, les dessinateurs professionnels présentent leurs projets, ils ajoutent des bonus pour leurs lecteurs : des croquis ou l’avancée de planches en cours.
Parfois même une histoire inédite : Une » mise en bouche » pour leur prochaine série.
Les éditeurs ouvrent leurs catalogues et comme les magazines papiers traversent une crise, pré-publient des extraits ou parfois même un album entier.

Il est impossible de tous les citer, mais on peut en découvrir un petit choix.

Henry Morganle, théoricien et auteur transfère son fanzine, The Adamantine  crée en 1984, sur internet (1997)

Même parcourt pour le  fabzine  Du9 (1995) qui migre sur la toile en 1997.

Les Cahiers  Pressibus  spécialisés dans la BD d’après guerre dès 1990 débarquent à leur tour en 1997.

BD oubliées  de Bernard Coulange se consacre aux bandes anciennes restées dans les coeurs mais n’ont pas bénéficié d’une publication en albums ou d’une réédition.
Cette base de données impressionnante s’enrichie en 2004 d’un » coffre à BD « .
Il permet de retrouver ce patrimoine en ligne, de le télécharger en PDF à prix modique ou même en album papier par souscription.
Le site tente également de retrouver les ayants droits pour respecter la légalité.

Bédéthèque  (1998) se veut une base de données d’albums et commercialise même une application de gestion pour la bibliothèque des collectionneurs : Bd Gest.

Les Coinceurs de bulles  : le Webzine de la BD propose une série de tutoriaux que l’on peut encore consulter.

1996, Né de la fusion ActuaBD-Univers BD le site d’actualité devient une référence.

Des sites s’ouvrent aussi bien aux professionnels qu’à ceux qui désirent le devenir.
Généralistes comme :

Bulled’air  (2001)
Pour discuter avec passion sur des forums, trouver des collaborateurs, présenter ses dessins et trouver des conseils.

La communauté créative  Café salé  et ses forums (2002)

BD Paradisio  de Henry et Alexandre Baudoux (1996). Le site généraliste de la BD.

Le site BD amateur  fondé par le Québécois Franck Rideau et le Suisse Jean-Marc Hug alias » Tube » s’ouvre aux amateurs francophones ou non dans un Web sans frontière. (Depuis 1998).

En 1999 le webzine  Coconino world  de Thierry Smolderen, Josépé, Dominique Bertail et Guillaume Navailles se consacre au patrimoine de la bande dessiné
Un monde d’images au beau milieu du web.

Même la revue Fluide Glacial se décline en webzine parallèle @Fluidz qui va durer de 1999 à 2005.

Des annuaires recensent les sites de webcomics qui fleurissent comme  EuroBD  Le webring de la bande dessinée « .

Julien Falgas alias » Jif » se passionne par le récit sur support numérique et y consacre son mémoire de maîtrise d’art plastique.
Il crée le site  Abdel-INN  , dès Avril 2000, un annuaire qui référence les BDs en ligne.
Intégré depuis au portail Webcomics.

 

 

                                                                                 ***